Archive | Vie de Femme. RSS feed for this section

Quand la mémoire se fait la malle.

16 oct

Dans cet article, je ne rirais pas. Dans cet article je ne serais pas ou pas trop grossière. Dans cet article je parlerai de la douceur qu’était ma grand-mère.

Les gens partent, mais les souvenirs restent. Pour elle, les souvenirs sont partis, et ne sont jamais revenus. Quand la mémoire flanche, quand la mémoire se barre comme une conasse et vous fait oublier qui vous êtes.

A la fin du mois, cela fera 2 ans. 2 ans que ma Mamie a rejoins les derniers souvenirs qu’ils lui restaient. Ça a commencé par des futilités oubliées, zappée sans faire attention. Puis un jour on oublie le pain, le sucre dans son café, on laisse le frigo ouvert et les clefs sur la porte. Mais Mamie tout va bien, c’est rien ça arrive à tout le monde. Les mois passent, et on diagnostique ce qui t’enlèvera à nous. Rapidement.  On prend sur soi, mais on te vois, dépérir, oublier, ne plus être toi.

On te prends dans nos bras, quand le regard perdu tu assistes au repas de famille. C’est dur, on voit bien que quelque chose cloche. Que tu n’est « pas là ». Ta mémoire flanche et tes mots ne veulent plus sortir dans le bon ordre. Mais on t’aimes tellement. On ne réalise pas, alors qu’il te reste peu de temps. Toi avec nous, là, maintenant.

Ça se dégrade, les médicaments te rende a morfle, et ton regard n’a plus de vie. Je te coupe une dernière fois les cheveux, enceinte, je serre les dents pour ne pas croiser le regard de mon grand-père qui assiste sans le savoir,  à la dernière coupe de cheveux de celle avec qui il a partagé 50 ans de sa vie.

Je m’isole, l’enlace, pleure encore. Lui aussi. C’est la dernière fois que je la verrais. Je monte dans ma voiture, hurle de douleur. Pourquoi ? Je roule je ne sais où, le visage trempée de larmes, la tête bordée de souvenirs.

Tu es partie quelques semaines après.

Ton corps s’est abandonné dans ton sommeil. Syndrome de glissement il paraît. Et cette nuit là sans savoir que ton âme montait, j’ai rêvé de toi. Tu étais belle, bien coiffée et maquillée. Tu irradiée le bonheur. Je me suis réveillée, apaisée. Pour toi.

Tu sais il a été fort ton mari, mon Papi. Il s’est écroulé parfois, mais on était là pour lui.

Aujourd’hui mon père me transmet un couple de poupons qui trônait dans la vitrine du salon de mes grand-parents. Le garçon représentait mon petit cousin, et la fille, me représentait moi. Enveloppé dans son papier bulle, je l’ai délicatement ouverte et respiré cette odeur de « chez eux ».

Un retour en arrière. Un bon dans le passé. Que je n’espère jamais oublier.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Je bavarde, tu bavardes, il bavarde…

14 sept

Dans le cadre des Bavardages de Nanas de Maman Bavarde, j’ai décidé de moi aussi bavarder un peu. Vous raconter ma life encore plus quoi.

Alors moi si j’avais une résolution cette année, ça serait de dépenser moins. Enfin plus dans les conneries. Bah ouai je suis une addict du shopping. Il me manque toujours quelque chose. C’est fou ça quand même…! La petite veste qui m’appelle pour de vrai jte dis, elle m’a obligée à l’acheter. Le vernis qui me fait les yeux doux, promis demain j’arrête. Enfin je vais essayer.

Déjà le congé parental a bien réussi à calmer mes ardeurs. Mais quand même.

Je suis toujours a l’affût d’un truc à acheter. Peu importe quoi en fait. Je concours dans toutes les catégories. Les chaussures, les vêtements, les vernis à ongles, le maquillage, les trucs pour la maison et j’en passe.

J’achète, j’achète et j’achète. Pour le Babi aussi tu sais. Il a des fringues que j’ai acheté et que j’ai jamais mis au final. J’ai honte je sais. Tu peux me jetter des pierres.

Mon armoire est pleine à craquer. J’ai des vêtements que j’ai acheté et jamais porté. J’en ai même encore avec les étiquettes. Ah oui, j’ai aussi des lubies par moment. Du style j’ai eu la folie des ceintures, alors en deux jours j’ai du en acheter 5. Pareil pour les serre-têtes et petits bandeaux, une dizaine en 15 jours. Mais c’est vendus par deux quoi, alors ça compte pas trop nan ?

Bon, et puis je te parles pas des sacs à mains, car je dois te l’avouer c’est une drogue. Je kiffe à mort, et autant te dire que je tuerai pour un sac que je convoite.

Et niveau vernis à ongles, une bonne quarantaine à mon actif, ça aussi c’est une drogue. J’y peux rien, je suis dictée par une voix. Incroyable. Elle me parle et m’oblige à acheter !

Alors cette année, je vais essayer de faire un petit effort. Promis.

Et pour la petite histoire, mon amoureux a juste une étagère dans tout ce bordel. Merci. Bonsoir.
Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai repris le boulot…et ça va.

6 sept

Ouai en fait, ça a été plus facile que je ne pensais.

J’ai bien gardé le rythme. Comme ci je n’avais jamais cessé de couper des cheveux, faire des mèches et de parler de la pluie et du beau temps avec des inconnus. Le dialogue, en fait c’est ça aussi que j’aime dans mon métier. Me nourrir des gens, de leurs histoires, les petits secrets qu’ils me confient. Les belles-mères casse-couilles, les enfants qui avouent qu’ils ont 3 amoureuses, les voisins trop bruyants.

Reprendre à mi temps, un petit 20h sur deux jours, c’est bien. 2 bonnes journées, pour pouvoir m’occuper de mon Babi le reste de la semaine.

Je suis arrivée au salon, remis mes affaires dans mon casier tout chaud qui m’attendait, replacé mes outils qui m’ont attendu tout ce temps dans leur joli étui de cuir. Mes collègues d’amour, les délires, et les clients sympas. Enfin, y a aussi des clients cons. Mais eux, on va pas en parler hein.

Mon Babi a passé une bonne journée à la crèche, récupéré par sa Mamie qui s’est très bien occupé de lui. Super Papa a pris le relais samedi pour une journée entre hommes.

Le bilan de ma reprise c’est que je suis zen. Tout s’est passé à merveille, et j’ai pu avoir une journée « hors maman », j’ai beaucoup pensé à mon Babi, à chaque moment, à chaque enfant que je coiffais. Mais ça m’a franchement fait du bien de travailler. Voir du monde, parler d’autres choses que de couches et de coquillettes collées sur le carrelage.

Alors oui, j’ai repris le boulot, et ça va.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Liberté.

9 août

C’était hier aprem. De 13H30 à 19h. Première fois que je laisse mon Babi aussi longtemps pour ne penser qu’à MOI. Et bah vous savez quoi ? Cela m’a fait un bien fou.

Pas de sac à langer, pas de sucettes dans mon sac à main, ni de paquet de lingette.

Pas de poussette à déplier et à replier, ni à soulever. Pas d’arrêt toutes les 2 secondes pour soit lui ramasser son doudou, soit pour voir pourquoi il râle.

Et bien pendant tout ce temps où le Babi était avec son papa j’ai kiffé. Ouai j’ai kiffé penser à moi et rien qu’à moi.

J’ai pu essayé des rouges à lèvres tranquillement, essayer pleins de produits de beauté chez LUSH (cela dit en passant je sais pas si tu connais mais ce magasin est  juste TOP) et j’ai bu un smoothie en terrasse sans avoir eu à me soucier de l’heure du goûté ou du changeage de couche.

Et toi, des moments plaisir rien que pour toi ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

Pshhhhhh…

19 juil

C’est le bruit d’une canette, ça ne se voit pas ?

Ou plûtot le bruit de la pause de la journée, ou de la semaine c’est toi qui voit.

Quand on est maman à plein temps, rare sont les moments où on est seule avec nous même. Seule, sans bave, sans tirage de cheveux, sans cris, sans pleurs, sans « non ne monte pas sur la table », ou encore « descend tout de suite du canapé ».

Alors ce matin je vais vous parler de « se décontracter un peu » comme avant sauf que bon là y a un Babi en plus. Mais nous les mamans, rien ne nous arrête, et surtout pas un morveux qui desfois se rapproche plus du diable que de l’ange.

Au début quand il est né, impossible de le laisser pour prendre du bon temps seule, bah non je culpabilisais trop. Et puis au fil du temps, euh comment dire ? Tu a besoin de souffler, de voir du monde, discuter de l’affaire DSK et non du dernier vomis monumental qu’il t’a fait.

Morceaux choisis :

  1. Laisser ta progéniture au papa en fin de journée, et aller flâner où le vent te porte, même 1 heure jte jure c’est le top.
  2. Le lasser à Papi et MamieGaga juste le temps d’aller te faire épiler, masser, ou juste aller faire les boutiques. Bon j’avoue qu’au bout de 2h t’a envie de rentrer le récupérer car il te manque déjà.
  3. Organiser une soirée entre fille pour aller boire un verre, faire un ciné, parler chiffons et vernis.
  4. T’isoler le soir dans ta chambre, le temps de 100% mag ou des infos à ta guise. Mais n’oublie surtout pas le verre de citronnade et quelques olives. Là ça aura presque le goût du paradis.
Pour la dernière solution c’est sans honte que je la pratique bien souvent, juste 1h isolée, enfin pas tant que ça, puisque le Babi sent le coup fourré une fois sur deux, et vient tambouriner à a porte…Mais ce qu’il ne sait pas c’est qu’au prochain coup je met la musique à fond dans les oreilles.
Et toi ? Tu prend du temps pour toi ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.